Calendrier

Partager   

29e Diner du CRIF


Les Grands Rabbins Michel Gugenheim et Olivier Kaufmann et le Président du Consistoire, Joël Mergui, ont participé le 4 mars au 29e dîner annuel du CRIF, en présence du Président de la République, François Hollande.


A la tribune, le Président du CRIF, Roger Cukierman, a remercié le chef de l'Etat « de lutter avec fermeté contre les dérives de la haine antisémite », tout en lui « demandant d'en faire davantage contre cette corruption des esprits qui est dans l'air du temps: Faites-en une cause nationale! » a lancé Roger Cukierman.


Dans son allocution, le Président de la République, François Hollande a reconnu : « Les représentants des institutions juives ont de nombreuses raisons d'être inquiets ». « 2013 avait pu laisser croire à une accalmie, voire à un recul. (…) C'était largement une illusion », a expliqué François Hollande. « D'abord, parce que plus de 423 dépôts de plaintes, c'est déjà considérable. Ensuite, parce qu'au début de cette année les violences ont doublé par rapport à décembre », a-t-il rappelé.


« Des Juifs qui sont agressés sur la voie publique parce qu'ils portent une kippa, des jeunes qui sont insultés dans l'école de la République, des synagogues qui sont souillées par des croix gammées » […] Cette flambée de haine ne surgit pas du néant », a poursuivi le Président. « Elles sont le produit d'un climat où prospère l'intolérance. […] Avec les mêmes rhétoriques complotistes ou conspirationnistes qui resurgissent comme si les leçons de l'histoire la plus tragique n'avaient pas été tirées ».


François Hollande a cité la manifestation du Jour de colère, « avec des groupes hétéroclites unis par la seule hantise du juif. Les lois existent, il faut les appliquer », a-t-il affirmé, en rappelant l'interdiction du spectacle de Dieudonné et la dissolution du groupe d'extrême droite dont l'altercation avec un groupe d'extrême gauche a conduit à la mort de Clément Méric.


Voir ou revoir le discours de François Hollande


Lire le discours de Roger Cukierman