Calendrier

Partager   

Assassinat de Sarah Halimi : le Consistoire se constitue partie civile, par Joël Mergui


Mardi 4 avril dernier, nous apprenions avec consternation que Sarah Halimi (zal) avait été défenestrée de son appartement par un voisin l’ayant sauvagement séquestrée et torturée avant de la projeter  par le balcon aux cris répétés d' « Allah ouakbar » !


L’assassin est actuellement toujours interné dans un hôpital psychiatrique, où il a été placé le jour même, en fin de journée, après son arrestation sans heurt le matin du meurtre.


Ce crime horrible, passé inaperçu dans les médias, n’a pour l'instant pas été qualifié d’antisémite et la  famille, comme l'ensemble de la communauté juive, sont toujours dans l'attente de la vérité.


A la lumière des faits et des déclarations de témoins oculaires fiables recueillis notamment le jour de la marche blanche, je viens de demander que le Consistoire Central se constitue partie civile aux cotés de la famille.


Plusieurs personnes nous ayant de surcroît rapporté que Madame Sarah Halimi (zal) - seule résidante de confession juive de l’immeuble - vivait dans la peur de son agresseur, il est à mes yeux plus que légitime de s'interroger sur le caractère antisémite du meurtre.


Quels que soient le contexte ou les circonstances, aucun déni de réalité ne doit faire obstacle à la reconnaissance des faits et à la qualification exacte des mobiles de l'assassin qui, selon les nombreux témoignages de voisins assistant impuissants aux actes de barbarie, a torturé sa victime tout en hurlant des sourates du Coran.


En hommage à la mémoire de Sarah Halimi (zal) et à la dignité de sa famille, j'ai la responsabilité d'exprimer les interrogations légitimes de toute la communauté juive confrontée à la haine d'un assassin qui n'a cessé d'implorer Allah tout en massacrant sa voisine juive.


Je refuse le facile prétexte de la folie pour un assassin qui a tenté de faire passer la défenestration de sa victime pour un suicide auprès des témoins impuissants à agir.


Le Procureur de la République, en qui j’ai toute confiance, nous a annoncé n'exclure aucune piste et être bien sûr à l'écoute de tous les témoignages.


Les valeurs de la République ne peuvent s'accommoder d'aucun silence et d'aucune complaisance envers ceux qui bafouent ses règles, qu'ils soient islamistes ou assassins antisémites.