Calendrier

Partager   

Dialogue interreligieux avec le Dalaï-Lama

Mercredi 14 septembre 2016


En voyage en France, le Dalaï-Lama a rencontré le 14 septembre les responsables de culte en France pour un débat intitulé "le dialogue interreligieux au service du respect et de la tolérance" au collège des Bernardins. Aux côtés du dalaï-lama se trouvaient le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, accompagné de son conseiller spécial, le Rabbin Moché Lewin, l’Archevêque de Paris, André Vingt-Trois, le Pasteur François Clavairoly, Anouar Kbibech, Président du CFCM, le Métropolite Emmanuel et Olvier Wang-Genh, Président de l’Union bouddhiste de France.


Pendant plus de deux heures, les autorités religieuses ont échangé après que le Dalaï-Lama ait plaidé en introduction pour une meilleure connaissance entre croyants face à la peur et au terrorisme. « Nous, êtres humains, avons tous en nous l'essence de la compassion (...) mais nous créons des problèmes à cause de la peur, de la colère et de la frustration », a déclaré le chef spirituel tibétain. Il a par ailleurs rappelé son souhait de promouvoir « l'harmonie si indispensable des religions ».


« Le dialogue interreligieux est la base même des relations entre les hommes voulues par Dieu », a déclaré le Grand Rabbin de France, saluant ainsi l’initiative d’une telle rencontre, avant de poursuivre : « Il ne s'agit pas de faire du syncrétisme, mais c'est parce que nous sommes différents que nous pouvons faire de l'unité, qui est l'inverse de l'uniformité. On le doit à la laïcité qui nous permet d'être dans l'équité et non pas en compétition ». Le Grand Rabbin a conclu son propos en citant le psaume «  Qu’il est bon et agréable que des frères résident ensemble » et remis symboliquement en cadeau une kippa au Dalaï-Lama, tandis que ce dernier lui remettait une étole blanche.


Anouar Kbibech a plaidé pour la « fraternité, mot magique car ayant à la fois une valeur religieuse et laïque », soulignant la nécessité d'une « fraternité entre croyants et dans l'humanité ». Le Cardinal André Vingt-Trois, s'est quant à lui réjoui de cette rencontre, tandis qu’Olivier Wang-Genh a mis en exergue, au-delà des différences, la source de toutes les religions, à savoir le silence, invitant alors la salle à observer 60 secondes d'un silence partagé dans la joie. Le Rabbin Moché Lewin a conclu cette table ronde en citant un psaume (85 ;11): « L’amour et la fidélité se donnent la main, la paix et la justice s’embrassent ».


Voir plus d'événements