Calendrier

Partager   


Nord


CONSISTOIRE REGIONAL DU NORD

Téléphone : 03 20 51 12 52

Détail
5 rue Auguste Angellier
Tél. : 03 20 51 12 52 - Fax : 03 20 31 35 40
eleser@nordnet.fr


Rabbin Régional : Elie DAHAN
Président : Charles SULMAN
Vice-présidents : Jean-Jacques BEER, Guy BENSOUSSAN, Gérard BISSOR, Serge GLADSTEIN
Trésorier Secrétaire : Gérard BISSOR

 

SYNAGOGUE ET C.C.

02100 ST QUENTIN

Téléphone : 03 23 08 30 72

Détail
11 ter bd Henri Martin
Tél. : 03 23 08 30 72 - Fax : 03 23 51 05 23

L'implantation des Juifs dans le Saint Quentinois est attestée de longue date par différents documents. Sous Philippe Auguste, en 1234 des plaintes sont déposées contre des prêteurs juifs de la paroisse Saint Thomas. En 1329, une ordonnance contraint ces mêmes prêteurs à limiter leur taux de prêt et à porter la rouelle. Bannis de la ville en 1394, il est à nouveau question le 18 septembre 1562, au Conseil Municipal, des Juifs de la Paroisse Saint Thomas et de la Pomme de Pin. Sous l'inquisition, en 1664 un Juif est contraint de se faire baptiser. Le 13 mai 1664, des juifs sont soumis à la question. Sous la révolution en 1794, Mayer Jacob obtient un passeport pour venir à Saint Quentin. Le décret du 17 mars 1808 oblige les juifs à venir en mairie déclarer leurs noms. L'organisation cultuelle officielle semble remonter à cette date. En 1856 la Synagogue se situe rue Bisson, puis transférée au 19 rue Poiret en 1877 ; ce lieu de culte sera détruit par les bombardements en 1917. Jusqu'en 1860, les Juifs de Saint Quentin n'ayant pas leur propre carré juif se faisaient enterrer à Reims. En 1889, le Président de la Communauté Israélite est M. Abraham BLUM, la Synagogue compte 20 à 22 familles dont plusieurs sont alsaciennes. Edmond CAHEN, Sous-Préfet à SAINT QUENTIN en 1895 va être victime d'injures dans la mouvance de l'affaire DREYFUS, l'année suivante lors de son affectation à VERDUN. En 1918, l'aspirant Roger BRUHL meurt le 17 octobre 1918 à Germaine (canton de Vermand à 15 km de SAINT QUENTIN) des suites de blessures de guerre, il est le fils de Paul Moïse BRUHL. Ce dernier était cousin germain de Lucie Eugénie HADAMARD : l'épouse du Capitaine Alfred DREYFUS. Monsieur WEILLER est Ministre Officiant en 1897. Le professeur Jules WOGUE, agrégé en lettres, auteur de « Malesherbes et les Juifs » quitte le lycée de SAINT QUENTIN en 1898 pour celui de REIMS. L'Association Cultuelle Israélite est constituée en 1906. Après la Grande Guerre, la reconstruction de ST QUENTIN sera soutenue par des mécènes parmi lesquelles Mlle Suzanne DEUTSCH de la Meurthe pour l'industrie textile et le Baron Alphonse de ROTHSCHILD pour le chemin de fer ainsi que ses dons d'oeuvres d'art pour le Musée Quentin de la Tour Président fondateur, depuis 1927, de la Société des amis du musée de La Tour, David David WEILL a offert au Musée Antoine LECUYER en décembre 1931 une Sculpture de Georges CHAUVEL intitulée « La Femme Endormie, dite La Liseuse endormie. Un nouveau lieu de culte fixe apparaît au début des années 30 et sera inauguré par le Grand Rabbin Marcel SACHS en septembre 1934, rue Michelet. Actuellement la Synagogue se situe au 11 Ter Boulevard Henri Martin, elle fonctionne régulièrement depuis 1947. Une stèle en mémoire des déportés Juifs a été érigée en 1948 au cimetière Nord en présence du Grand Rabbin Jacob KAPLAN. Le dimanche 27 avril 2008 (journée de la Déportation) une cérémonie s'est tenue pour célébrer l'inauguration du monument restauré avec le soutien de la Mairie de SAINT QUENTIN, de quelque donateur et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.


Président : Paul ELKAIM
Secrétariat : Mme ELKAIM

Offices :
Vendredi soir 19h30 C.D.S. : 5' avant Paris



HEVRA KADICHA

Responsable de la Hévra Kadicha : Alfred BENHAMOU

A.C.I. SYNAGOGUE ET C.C.

59000 LILLE

Téléphone : 03 20 51 12 52

Détail
5 rue Auguste Angellier
Tél. : 03 20 51 12 52 - Fax : 03 20 31 35 40
eleser@nordnet.fr /communautejuivedelille@gmail.com

Le poste de Grand Rabbin existe depuis 1872. Son premier occupant a été Benjamin LIPPMAN, qui exerça son sacerdoce d'abord en Alsace, à Colmar, d'où il est parti du fait de l'annexion de cette région par les Allemands. En 1936, Léon BERMAN, Rabbin de Lille jusqu'en 1939 et fils du fameux Rabbin Hassidique, Reb HAÏM, a été déporté avec336 autres Juifs. En 1950, le Grand Rabbin Emmanuel CHOUCHENA, Directeur Honoraire du Séminaire Israélite de France, occupa le poste de Grand Rabbin de Lille et de la région jusqu'en 1954. Le 13 Octobre 1991, l'Association Cultuelle a fêté le centenaire de la Synagogue. La Communauté de Lille et de sa région compte environ 3 000 Juifs.


Délégué Rabbinique : Elie DAHAN
Aumônier des Armées : Elie DAHAN
Président d'Honneur : Charles SULMAN
Président : Guy BENSOUSSAN
Vice-président : Eryck ZIZA
Trésoriers : Jacques BIEZUNSKI, Liah HANOH
Secrétariat : Marcelle LESER
Membres : Olivier AMRAM, Jacques BIEZUNSKI, Jacques FUKS, Franck HANOH, Simon HAVET, Raymond LEVY, Hélène LEVY LASCAR, Anita VANHOVE, Jacques WEILL, Eryck ZIZA
Commission Culturelle : Hélène LEVY LASCAR, Jacques WEILL
Activités communautaires : Anita VANHOVE
Jeunesse : Simon HAVET
Aumônier des prisons : Elie DAHAN
Chohet : Elie DAHAN
Responsable de l'Education : Olivier AMRAM
Commission Logistique : Franck HANOH
Commission Sécurité : Jacques FUKS, Raymond LEVY

Offices :
Chabbat Vendredi Hiver 18 h 30 Eté 19 h 30 Samedi matin 9 h 00 C.D.S. : 5' avant Paris



AFIL Ass. Féminine Israélite de Lille59000 LILLE


Responsable : Dominique BENVENISTE

AUJF59000 LILLE


Responsable : Franck HANOH

B'NAI BRITH59000 LILLE


Président : Dr Jacques WEILL

BULLETIN TRIMESTRIEL59000 LILLE


Responsable : Hélène LEVY LASCAR

CASILILLE

S'adresser au 03 20 51 12 52

Responsable : Sylvie KOMAR

CIMETIERE de l'Est - du Sud59000 LILLE


Entrée quatre cents maisons Lille

CRIF59000 LILLE


Responsable : Charles SULMAN

EI de lille59000 LILLE


Responsable : Nathan LASCAR

HEVRA KADICHA

Responsable de la Hévra Kadicha : Jean-Claude KOMAR

MIKVE5 Rue Auguste Angellier 59000 LILLE


Responsable du Mikvé : Elie DAHAN

RAYON CACHER - FRANPRIX rue des Tanneurs 59000 LILLE


RAYON CACHER - MONOPRIXCentre des Tanneurs 59000 LILLE


TALMUD TORAH

Responsable Talmud Torah : Elie DAHAN
Professeur de Talmud Torah : Denis BUSINE

UEJF

SYNAGOGUE

59140 DUNKERQUE

Téléphone : 03 28 63 24 23 /

Détail
19 rue Jean Bart
Tél. : 03 28 63 24 23 /
serge.glastein@gmail.com

Président : Serge GLADSTEIN
Trésoriers : Serge GLADSTEIN, Alain WARSZAWSKI
Secrétariat : Danielle WARSZAWSKI

Offices :
C.D.S. : comme Lille



CIMETIERERoute de Furnes 59140 DUNKERQUE


Carré israélite.

CJM

Responsable : Serge GLADSTEIN

FSJU - KKL

Responsable : Serge GLADSTEIN

ACI SYNAGOGUE ET C.C.

59300 VALENCIENNES

Téléphone : 03 27 42 90 25

Détail
36 rue de l'Intendance
Tél. : 03 27 42 90 25 - Fax : 03 27 44 37 46

Bref aperçu historique de la communauté juive de Valenciennes 1790-1945 Par Danielle Delmaire Professeur émérite de l'université de Lille3. Historienne des communautés juives Les principales sources d'archives utilisées pour ce travail sont les archives municipales de VALENCIENNES (AMV), les archives départementales du Nord (ADN), les archives nationales (AN), des archives à JERUSALEM (Jér.) Avant 1789 : Passage de colporteurs Juifs dans le Nord et dans la région de VALENCIENNES. Un registre particulier à l'inhumation des non catholiques et comédiens (« inhumation de ceux auxquels la sépulture ecclésiastique ne sera pas accordée »), pour la ville de Valenciennes, porte le nom de Mardochée Lazare, en date du 9 octobre 1789 (AMV). Sous la Révolution et l'Empire : Apparition d'une petite communauté. Selon divers recensements (ADN, AN et Jér.), on compte une douzaine de personnes à Valenciennes entre 1798 et 1805 et 8 en 1806 (ADN et AN). Une liste de 1810 n'en comporte plus que deux mais les couples sont mixtes et la liste ne recense que les juifs de ces couples (Jér.). La ville de Valenciennes a conservé, dans ses archives, des carnets qui notent les noms des personnes, étrangères à la ville, qui entrent et sortent par les portes de la ville en 1798-1799 : plusieurs noms de juifs de la région ou du reste de la France y sont inscrits. Toutes ces familles vivent du colportage de marchandises diverses, commerce très modeste qui les fait vivre dans l'indigence. Elles sont toutes très pauvres et sont originaires d'Alsace et de Lorraine. Première moitié du XIXe siècle : Présence de quelques familles Les divers recensements (ADN, AN et Jér.) des années 1820-1850 prouvent l'existence d'une très petite communauté mais la présence juive ne semble pas avoir disparu. 1837 : 4 personnes 1841 : environ une vingtaine. 1851 : 30 personnes au moins. Sous le Second Empire (1852-1870) : La communauté s'agrandit C'est durant cette période que véritablement la présence juive se constitue en communauté structurée. 1854 : 90 personnes 1861 : 194 personnes 1869-1871 : 218 personnes, à cette date, Valenciennes abrite la seconde communauté du Nord, après Lille, pour ce qui est du nombre de personnes. Cette population représente, environ, 1 % de la population valenciennoise. En 1871, environ 80 % des enfants (moins de 20 ans) de la communauté juive sont nés à Valenciennes. Les nouveaux arrivants sont majoritairement originaires d'Alsace et de Lorraine. Parmi eux, une fratrie de 5 frères et une soeur ainsi que deux cousins (tous mariés) arrivent à Valenciennes. A elle seule cette fratrie constitue près de la moitié de la communauté. Il s'agit des frères Meyer et de leur s½ur, épouse FRYBOURG. Les VILLAR, les SCHNERF, les WEILL, les CAHEN etc. composent aussi cette communauté. Dès 1850, la communauté est desservie par un ministre officiant et on note la présence d'un shohet en 1853. Dans le même temps, la communauté se dote d'une commission administrative (ADN, AN). En 1849, elle acquiert un local qui lui sert de synagogue. Désormais, les juifs de Valenciennes ont un lieu de prières qui n'est plus une pièce aménagée chez un particulier mais un bâtiment indépendant et ne servant qu'à la prière. Enfin en 1850, un terrain leur est attribué par la municipalité pour leur servir de cimetière (AMV). En 1862, la communauté qui s'est agrandie a besoin d'une synagogue plus vaste et achète une bâtisse sise 36 rue de l'Intendance. C'est une ancienne maison qui date au moins du début du siècle (AN). Elle est aménagée pour la prière et pour l'habitat du ministre officiant. Elle est inaugurée en 1863. C'est actuellement la plus ancienne synagogue du Nord/Pas-de-Calais pour ce qui concerne le bâtiment. La communauté, composée essentiellement de commerçants, s'intègre bien dans la société valenciennoise, sa participation à la fête des Incas en 1866 l'atteste (AMV). La fête associe annuellement toute la population pour un défilé de chars et le produit des quêtes qui l'accompagnent permet à la ville d'aider les indigents de Valenciennes. Cette année-là, la municipalité demande à la communauté de fabriquer le char qui représente les Hébreux apportant leur bienfait à l'Humanité en marche vers la modernité. Sur le char, des juifs de Valenciennes incarnent Moïse et les Hébreux qui apportent la Torah. Troisième République, 1870-1940 : la communauté dans le consistoire de Lille La communauté s'agrandit encore avec l'arrivée des juifs d'Alsace et de Lorraine qui optent pour la France après l'annexion de leur région à l'Allemagne, mais dans une proportion moindre que sous le Second Empire. De ce fait, un rabbinat est créé en Valenciennes en 1873 (Lille vient d'être élevée au rang de consistoire départemental). Le premier rabbin est J. Lévy (ADN). En 1882, arrive le rabbin Félix Meyer. Il a été formé au séminaire rabbinique et c'est un érudit (il est l'auteur de divers articles savants en histoire), très proche de sa communauté. Il reste à Valenciennes jusqu'en 1905. A la fin du XIXe siècle, un ministre officiant assiste le rabbin. En 1876, 34 électeurs consistoriaux sont des Valenciennois (sur 137 électeurs pour tout le consistoire). En 1888, ils sont 52 sur 239 (ADN), ce qui signifie que d'autres familles arrivent dans les années 1880, mais comme partout dans le consistoire de Lille. A partir de 1880, un Valenciennois (Dreyfus) siège au consistoire de Lille (ADN). Le commerce n'est plus la seule occupation professionnelle des juifs de Valenciennes, quelques-uns d'entre eux vivent de leur art ou des services nouveaux comme les chemins de fer. En 1882, la communauté améliore l'aménagement de la maison qui sert de synagogue, notamment le passage qui relie les deux bâtiments est couvert, donnant l'impression d'une unique bâtisse (ADN). Enfin, suite à la loi de séparation des Eglises et de l'Etat (1905), la communauté de Valenciennes se constitue en Association cultuelle israélite (ACI). Dans l'entre-deux-guerres, l'arrivée de juifs de Pologne (très peu de Turquie) vient encore grossir la communauté. La plupart sont peu fortunés et vivent du petit commerce, quelques-uns travaillent dans l'industrie. Ils sont souvent plus religieux que leurs coreligionnaires français et plus réceptifs au sionisme. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive de Valenciennes est composite : une partie est originaire de France depuis plusieurs générations et une autre est issue de l'immigration récente. La Seconde Guerre mondiale, 1940-1944 : la catastrophe A l'invasion de la France, des familles juives quittent Valenciennes et participent à l'exode comme le reste de la population. Certaines d'entre elles restent en zone non occupée tandis que d'autres rentrent rapidement chez elles. Des juifs réfugiés dans le sud prennent part à la Résistance. Ceux qui se trouvent à Valenciennes et dans les environs subissent les diverses restrictions qu'impose le gouvernement militaire allemand de BRUXELLES dont dépendent le Nord et le Pas-de-Calais depuis juin 1940. En juin 1942, le port de l'étoile est rendu obligatoire. Les juifs sont désormais repérables et localisables quand ils ont été recensés. A l'été 1942, commencent les premières arrestations mais c'est surtout la grande rafle du 11 septembre 1942 qui décime la communauté de Valenciennes et des environs. Toutefois, des enfants ont pu être soustraits de la rafle avant l'arrestation ou sur le chemin menant à la gare. Les juifs raflés à VALENCIENNES rejoignent leurs coreligionnaires de la région, arrêtés comme eux le 11 septembre 1942 et regroupés en gare de LILLE. Là des cheminots aident quelques uns d'entre eux à sortir de la gare. Le train les achemine vers Malines, à la caserne Dossin. Ils forment la moitié du convoi X qui quitte Malines pour Auschwitz le 15 septembre 1942. Après la rafle, ceux qui ont eu le bonheur d'en échapper doivent vivre dans la clandestinité avec l'aide d'amis, de voisins. Certains participent à la Résistance. Au lendemain de la guerre, la communauté renaît non sans difficultés mais surtout meurtrie par le désastre de la Shoah.


Présidents d'Honneur : Dr BISSOR, Dr RAPOPORT
Co-présidents : Serge BERREBI, Claude GUEDJ
Vice-président : Jacques AJZEN
Trésorière : Sarah GONZALES
Trésorières Adjointes : Manuelle BERREBI, Yvette HAMO
Secrétariat : Marie-Claude GUEDJ

Offices :
Vendredi soir 19h00 Chabbat matin 9h00 C.D.S. : 5' avant Paris



CIMETIEREAve Saint Roch 59300 VALENCIENNES


Carré israélite au cimetière municipal de Valenciennes

TALMUD TORAH

Directeur du Talmud Torah : Gérard BISSOR
Professeur de Talmud Torah : Jacob OHAYON

A.C.I.

59500 DOUAI

Détail
120 rue Victor Hugo chez M. Gorfinkel


La communauté, créée en 1825, s'est recréée en 1962 avec l'arrivée de Juifs rapatriés. Il existe à Douai une « Ruelle des Juifs ». La communauté ne comprend plus que quelques familles. Les offices ne sont plus célébrés qu'à LILLE (à 35 km). Il n'existe plus de lieu de culte à DOUAI C.D.S. : 4' avant Paris


Président : Marc GORFINKEL

A.C.I. SYNAGOGUE ET C.C.

62200 BOULOGNE SUR MER

Téléphone : 03 21 30 26 77

Détail
63 rue Charles Butor
Tél. : 03 21 30 26 77

Président : Jean-Jacques BERR
Trésorière : Martine KAUFMANN
Secrétariat : Serge DEVRIERE



CIMETIERECimetière de l'Est 62200 BOULOGNE SUR MER


A.C.I. SYNAGOGUE ET C.C.

62300 LENS

Détail
87 rue Casimir Beugnet


Délégué Rabbinique : Elie DAHAN
Président d'Honneur : Sylvain AUSLANDER
Président : Alain TAJCHNER
Trésorier : Pierre OUALID
Secrétariat : Mireille OUALID
Responsable des locaux : Sylvain BOUKOBZA

Offices :
Se déroulent à Lille sauf fêtes C.D.S. : 3' avant Paris



ANCIENS COMBATTANTS JUIFS

Responsable : Sylvain AUSLANDER

CIMETIÈRE

Eleu dit Lauwette

VIMY-MONUMENT CANADIEN

Des soldats juifs tombés en 1914-1918 /cimetière allemand plusieurs tombes de soldats juifs.

A.C.I. ET SYNAGOGUE ET C.C.

80000 AMIENS

Téléphone : 03 22 92 53 42

Détail
38 rue du Port d'Amont BP80125
Tél. : 03 22 92 53 42

Président : Guy ZARKA
Vice-président : Philippe ROUAH
Trésorière : Magali BERDUGO
Secrétariat : Annick HANAU
Membres : Hermine ARTZ, Olivier BENAYOUN
Communication : Michel HANAU
Entretien Centre Communautaire : Elie CHAYO

Offices :
Vendredi soir 19 h 30 Chabbat matin 9 h 00 C.D.S. : Comme Paris



CIMETIERERue de la 3 e D-I 80000 AMIENS


Carré au cimetière municipal Saint Acheul

WIZO

Responsable : Annick HANAU